Le Péré… un très beau coin perdu.

Dernièrement a séjourné chez nous un couple qui a marqué sa surprise dès son arrivée disant qu’il n’imaginait pas lors de sa réservation trouver un coin aussi perdu.

L’ami espagnol venant de Barcelone je crois, a très vite posé des questions : comment se faisait-il qu’il y ait autant de maisons fermées? Que faisaient les gens ici… quand étaient-ils partis et pourquoi? J’ai trouvé ces questions constructives et j’ai aimé cette démarche curieuse intéressante. Ces visiteurs barcelonnais se sont beaucoup plu chez nous malgré la pluie, ils se sont dirigés vers la cascade d’Ars, but de leur séjour. Ils ont aimé faire du feu dans la cheminée, bavarder sur ce pays perdu et le manque d’entretien des routes signe de cet abandon. Comment pouvait-on vivre là toute l’année, telle était la question.

Quelques jours plus tard la note booking attribuée par nos voisins catalans 9.2 très bonne certes, indiquait en ce qui concerne l’emplacement 5/10.  L’emplacement… mais… mais!!! il est superbe. Il faut juste avant de venir en Ariège ou ailleurs, d’ailleurs, regarder où l’on va. Le Péré, c’est pour les amoureux de nature et de randos et curieusement ces visiteurs l’étaient! Maison au bout du chemin ( et ce chemin n’est pas en très bon état) à 1km de la départementale, vue plongeante sur la vallée et imprenable sur les pics déjà enneigés, cerf devant la porte quasiment, brame entendu depuis le lit… velux dans les chambres sous les toits et vue sur les étoiles … c’est pas extraordinaire ça!

 

A ces visiteurs, bien peu nombreux, qui s’étonnent de l’isolement, de tant de commerces fermés, j’ai envie de dire que cela est une constante des vallées de montagne de part et d’autre des Pyrénées ou d’ailleurs. Les zones rurales se meurent ce n’est pas nouveau : conditions de travail difficiles pour les agriculteurs, terrains trop pentus, pas de rentabilité… Nous le disions en plaisantant avec nos visiteurs catalans, s’il y avait des mines d’or, il y aurait sûrement plus de monde! De pays surpeuplé à la fin du XIXe, l’Ariège s’est vidée de ses forces. Il est bien loin le temps où Napoléon disait parait-il : « L’ Ariège produit des hommes et du fer! »

Cet isolement quant à moi, je le considère comme un des points forts de nos chambres d’hôtes. Ah comme j’aimerais trouver un coin perdu  avec des randonnées de tous les côtés et des gens du pays qui me conseillent, font des itinéraires pour la journée et accueillent avec une bonne soupe au retour devant un grand feu. La majorité de nos visiteurs, amoureux de la nature, du silence des lieux sont conquis par les paysages. Valier, Pique Rouge de Bassiès, combien de fois ont-ils été photographiés depuis le début de notre activité qui remonte à moins d’un an? J’aime tellement entendre le mot magnifique « precioso » utilisé tant de fois par tant d’espagnols venus depuis l’ouverture.

Au Péré on y vient pour se ressourcer. De randonnées en visites de grottes, de villages de bergers en musées et sites contant notre histoire (musée des colporteurs), Montségur… et tant d’autres lieux,  on passe quelques jours hors du temps. Au Péré certains y viennent même pour cet isolement et y reviennent. Elisabeth a cherché pour fêter l’anniversaire  de son compagnon le coin le plus isolé sur la carte… ils ont été conquis et nous les attendons en novembre pour un nouvel anniversaire! Voilà un critère de choix qui pourrait être le mien, le nôtre.

Au Péré on y vient pour le naturel, l’authentique. Rien de sophistiqué ici, on vous recevra en toute simplicité et vous trouverez sur les murs les photos de ceux du Péré car nous ne faisons que continuer à faire vivre un lieu  où d’autres avant nous ont travaillé dur pour survivre et longtemps sans chemin d’accès! .

Alors maintenant que tout est facile, la vie continue dans ce cadre magnifique que nous faisons vivre en souvenir de ceux qui l’ont construit et reconstruit pour le plus grand bonheur de ceux qui restent!

 

 

 

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. gbeague dit :

    Superbe tout Cela
    Je reviens du 13 au 18 octobre Cette fois ci je reviens vous dire bonjour

    J'aime

  2. Cléa Cassia dit :

    Superbe article qui remet bien les points sur les i ! Pour ma part c’est exactement pour me perdre au coeur de la montagne que je viendrai au Péré. Je ne trouve pas très honnête de réserver un logis en montagne et de mal noter l’emplacement… Enfin, ces cas-là sont tout de même rares, j’imagine.

    Je suis en train de me décider pour venir par chez vous à la fin octobre/début novembre si vous êtes ouverts… Pour profiter des couleurs d’automne.
    Est-il plus facile pour vous de réserver par booking ? Ou un petit email vaut aussi bien ?

    J'aime

    1. Oui un petit email, un coup de fil 06.86.72.57.05 et voilà, y a plus qu’à prévoir randos et petits plats. Madeleine va venir à la mi-octobre…

      J'aime

  3. Très joli article, une ode au Péré et à une région qui nous est inconnue mais qui donne envie de venir, à tous les amoureux de la nature ! Merci pour ce bel article très bien écrit 🙂

    J'aime

    1. Merci pour ce beau commentaire. Quand vous rentrerez de votre grand périple si le coeur vous en dit je vous ferai un grand feu et une soupe aux choux!

      Aimé par 1 personne

      1. Avec grand plaisir ! Nous avons encore beaucoup de choses à découvrir en France et cette région en fait partie 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s