Un petit tour depuis Le Péré

Il est une toute petite randonnée que nous aimons faire avec Madeleine lorsqu’elle revient chez elle…chez nous… au Péré, pour quelques jours.

Ce petit tour prend une heure à peine. Il est agréable en hiver lorsque la neige bien dure nous porte, qu’elle courbe les branches et modifie les paysages pour les rendre plus beaux encore.

Nous quittons Le Péré pour nous rendre au petit village des Barous.

Ce village compta jusqu’à cinquante personnes au début du vingtième siècle. Aujourd’hui anciennes granges, maisons aux murs épais coquettement restaurées ouvrent portes et fenêtres le week-end et pendant les vacances principalement. Les résidences principales se sont transformées en résidences secondaires. Lorsque j’étais enfant il n’y avait déjà plus que cinq personnes aux Barous : Madeleine et son mari (l’espagnol) sa soeur Suzette et trois célibataires: deux frères Paul et Léon et puis François tout au fond du village. Tous étaient agriculteurs, déjà âgés, ils vivaient chichement. Les autres avaient progressivement « quitté un à un le pays ».

J’avais quinze ans lorsque la première grange se vendit. Puis l’acheteur signala le coin à un de ses amis et de fil en aiguille les granges changèrent de propriétaires, se transformèrent…

Nous traversons donc le petit village et prenons l’ancien chemin qui se devine à peine. Ici on était isolé et pour accéder à la route il fallait presque une demi-heure. Evidemment on faisait son pain sur place, d’ailleurs presque toutes les maisons ont encore leur four bien visible.

On vivait ici en autarcie, on descendait au village une fois par semaine et encore! Les autochtones partis,  la nature a repris ses droits, même si chacun fait des efforts pour débroussailler autour de chez soi. Les noisetiers courbés par la neige obligent à faire des détours, on se penche, se courbe… la randonnée par temps de neige est courte mais sportive!

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Enfin nous arrivons aux granges du Fourquet si belles avec leurs murs de pierres sèches. Le chemin entretenu encore par le dernier agriculteur des Eycharts devient plus aisé, la marche plus facile, le panorama enfin bien dégagé.

Quelques pas encore et nous voici aux Eycharts, le village important autrefois puisqu’il avait son école, ne compte aujourd’hui que quatre maisons habitées. Les cheminées fument mais  avec la neige chacun reste chez soi.

Notre tour se termine en longeant sagement la route. Nous quittons nos chaussures, regagnons le coin du feu où nous attend notre chat Vivi. Voilà… il est bientôt cinq heures, l’heure du réconfortant thé!

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Pidiaime Piwo dit :

    Quels beaux paysages avec la neige !

    J'aime

    1. Oui, beaux en toute saison. Je suis née là et c’est toujours le même émerveillement! Merci pour votre fidélité!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s