Le Péré : des séjours réussis

Un séjour réussi au Péré commence par l’accueil devant un grand feu de bois. Tous nos hôtes sont arrivés à la nuit tombée chez nous et n’ont pu découvrir immédiatement la superbe vue qu’offre le site. Il a fallu attendre le lendemain matin… la surprise n’a été que plus grande! Par contre  en poussant la porte  on s’extasie déjà, « oh, le bon feu! », on découvre sa chambre puis retour devant la cheminée pour le repas du soir. Les plats restent au chaud devant les braises, on se ressert, on discute. On peut même terminer la soirée lumières éteintes à échanger devant les flammes un café à la main comme l’ont fait les sympathiques randonneurs que nous avons reçus récemment. La magie du feu opère toujours, soudain on est ailleurs dans un autre espace, un autre temps. Après une bonne nuit, au lever on retrouve toujours le grand feu. J’aime dresser la table du petit déjeuner devant la cheminée, confectionner tôt quand tout le monde dort encore le gâteau maison qui embaumera la pièce bientôt, ou les crêpes ou le pain perdu c’est selon… J’aime aussi disposer les confitures maison servies avec le délicieux pain de Gil notre boulanger, presser les oranges qui au saut du lit requinqueront nos visiteurs qui parlent déjà randonnée.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA
Un petit déjeuner complet

Le coup d’oeil sur les montagnes ensoleillées ne laisse pas insensible et depuis notre maison le sommet de Carmil est tout à fait à conseiller pour qui séjourne peu de temps. Nous avons proposé à Audrey et Damien de les accompagner pour cette petite balade. Deux options sont possibles : départ de la maison à pied ( 3 à 4h de marche aller-retour) ou prendre la voiture jusqu’au col de Péguère. Après quarante cinq minutes à un pas régulier on découvre un panorama superbe!

La montée se fait en douceur.  Progressivement  on aperçoit Massat puis les vallées environnantes. Le chemin serpente parmi la forêt de hêtres puis les feuillus deviennent plus rares et le point de vue superbe.

Le regard ne peut tout embrasser : on regarde d’abord les montagnes, on énumère le nom des pics sans oublier le sommet du Montcalm le plus haut de l’Ariège. De l’autre côté la plaine et au loin, très loin Toulouse… plus proches se dessinent  les tours du château de Foix.

Nous avons aussi fait la sympathique rencontre du chasseur de palombes avec ses chiens. On échange alors sur le pays… les pratiques… le temps… cet échange simple donne au séjour plus d’authenticité.

De retour au col de Péguère un petit détour pour découvrir la tour Laffont s’impose. Cette ancienne tour de garde moyenâgeuse dégagée de la végétation qui l’envahissait ne manque pas de charme. Une photo se trouve à proximité, il s’agit d’un cliché de Jean Dieuzède. On lit la légende… c’est la petite pause culturelle du jour.

Le séjour est trop court … c’est promis on reviendra… il y a tellement à faire pour nos hôtes et pour nous tant de belles rencontres en perspective!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s