Une belle visite : Saint-Lizier

A une trentaine de kilomètres de chez nous, tout près de Saint Girons se trouve Saint-Lizier. Pour qui reste au Péré quelques jours, la visite de ce village médiéval paraît incontournable. Nous la proposons rarement seule. Autant profiter de cette journée consacrée au tourisme, pour le samedi matin par exemple s’arrêter au typique marché de Saint Girons, déjeuner sur place, ou se diriger après le marché à Saint Lizier pour découvrir le restaurant le Carré de l’Ange ou une des deux sympathiques adresses qui au village proposent des produits locaux.

Après la pause gastronomique, nous nous dirigeons vers le palais des Evêques tout proche. Notre visite débute par le musée départemental de l’Ariège que nous n’avions pas encore eu l’occasion de découvrir depuis sa réfection. Lieu bien éclairé, accueillant, panneaux explicatifs nombreux… voilà qui promet une visite instructive. Nous nous informerons tout d’abord sur la présence romaine en Couserans qui montre une collection d’objets de la vie quotidienne au temps des Romains : poteries, monnaies… Le trésor de Saint-Girons comptant plus de 14 000 pièces de monnaie gallo-romaine est exposé ici, il ne fut découvert qu’en 1994.

Les modifications liées aux différentes invasions, modifications architecturales surtout, font l’objet d’explications précises. Sarcophages de marbre, sculptures sont autant de précieuses pièces exposées pour mieux connaître l’histoire de Saint-Lizier.

Une partie du musée est aussi consacrée aux coutumes de la vallée de Bethmale à ses costumes et traditions grâce à la collection d’objets ethnographiques de Jacques Bégouën.

Mais la partie qui nous a le plus surpris lors de notre visite est sans aucun doute la visite commentée de Notre Dame de la Sède. Nous ne connaissions que la cathédrale romane du bas du village. Combien de fois l’ai je visitée? Le frère de la grand-mère Marie lorsque j’étais enfant était archiprêtre à Saint-Lizier et nous avait fait découvrir le trésor des évêques. Plus tard c’est dans cette cathédrale que nous avons assisté à de biens beaux concerts lors du festival de Saint-Lizier. Mais la cathédrale du haut ce n’est qu’assez tard que nous avons appris son existence, sûrement à cause de la présence de l’hôpital psychiatrique en haut du village. Pourtant 77 évêques se sont succédés à Saint Lizier du IVe au XIXe siècle; autant dire que Notre Dame de la Sède a connu ses heures de gloire! C’est à partir de la fin du XIe siècle que les travaux de construction de cette cathédrale sont entrepris, en même temps que ceux de l’église paroissiale de Saint-Lizier. Les différentes campagnes de restauration ont permis de mettre à jour de somptueuses peintures datant pour la plus grande partie du XVe siècle.

Sur les voutes sont visibles douze Sibylles qui sont dans l’Antiquité des femmes ayant don de prophétie.

Mais les peintures les plus anciennes visibles aujourd’hui, remonteraient au XIIe siècle. La visite commentée de la cathédrale nous a permis de les découvrir à l’abri de la lumière derrière les boiseries.

La cathédrale Notre-Dame de la Sède est classée monument historique depuis 1994 et récèle au niveau pictural de biens beaux trésors.

Nous terminerons ensuite notre visite des lieux par l’ancien asile. Après la suppression de l’évêché en 1801, le palais des évêques devient un établissement orienté vers l’accueil et le soin aux aliénés. Saint-Lizier avait une tradition hospitalière instituée dès le Moyen-Âge, un hôpital avait été fondé dès le XVIe siècle dans la cité, il accueillait malades, pèlerins, nécessiteux, vieillards… En 1850 cependant, l’établissement devient asile d’aliénés, les pensionnaires ne souffrant pas de problèmes mentaux sont alors écartés. Matériel médical, cellules, nombreuses explications, font de cette visite un moment touchant. Je me souviens, encore petite fille, avoir entendu les cris d’une voisine du village des Eycharts situé en contre-bas du Péré. Elle termina sa vie à Saint-Lizier après avoir été emmenée de force vers ce triste lieu. Saint-Lizier a longtemps été associé pour moi comme pour beaucoup d’autres personnes sûrement, à l’hôpital psychiatrique.

Sur les portes et les murs des anciennes cellules, des citations font référence à la folie et à ces tristes asiles que les hommes auraient imaginé non pour soigner les malades mentaux mais pour les soustraire à leur regard afin qu’ils ne troublent leur bonheur.

Une cellule et ses citations sur la folie et les asiles

Nous quitterons le palais des évêques ensuite et déambulerons dans les ruelles du village. Pas de boutiques ici tous les deux pas, comme on peut en trouver dans d’autres beaux villages de France, juste quelques artisans, un petit café au bas du village, un restaurant dans une petite cour et le carré de l’ange restaurant gastronomique.

Nous en sommes convaincus après avoir beaucoup appris lors de notre visite, après une promenade dans les belles ruelles de ce village hors du temps, nous pouvons conseiller sans risque d’erreur cette cité d’art et d’histoire à tous nos visiteurs.

galerie et cathédrale romane qui abrite le trésor des évêques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s